Articles

Chiffer sans oublier de déchiffrer (Exmed)

Chiffrer sans oublier de déchiffrer

   Rien de plus dépourvu de toute dimension émotionnelle qu’un chiffre. Rêve rationnel jamais abouti de mettre dans le bain numérique tout ce que nous voudrions rigoureux ou même scientifique. Thomas Mesnier, médecin et député, affirme dans un rapport public que 43% des personnes s’adressant aux services hospitaliers d’urgence peuvent tout à fait être soignés par les médecins généralistes. La précision du chiffre peut impressionner les foules. Qui est capable de faire un tel calcul ? La médecine générale ne fait l’objet d’aucun enseignement pour nos confrères hospitaliers. Sur quels critères peuvent-ils alors décider de la pertinence du recours à un métier qu’ils ne connaissent pas ?


   Inversement, peut-on avoir une idée des effets pervers, le nocebo n’est pas un mirage, sur les malades de passer sans nécessité entre les mains des urgentistes ?


    Cessons de nous saouler de chiffrages, d’échelles de graduation des symptômes comme des fins en so…

Cernons nos incertitudes (LEM 1068)

Cernons nos incertitudes
François-Marie Michaut

     N’importe quel médecin, sauf pathologie mentale majeure, vit sa vie de soignant avec la peur constante de passer à côté d’une maladie grave faute de l’avoir diagnostiquée à temps. En médecine, rien - ni le pire, ni le meilleur - n’est jamais certain. De quoi choquer les adeptes du risque zéro et les zélateurs myopes du principe de précaution. Il est possible que cette réalité demeure peu connue de la foule des patients consommateurs. Et que le poids hors norme de cette inévitable incertitude de ce que Dame Réalité nous réserve ne soit jamais pris en compte par ceux dont la fonction, la jalousie, l’intérêt ou le plaisir est de bouffer du médecin comme jadis on bouffait du curé.
    Pas facile à porter, cette incertitude. Donner l’apparence que l’on est sûr de soi est le stratagème habituel des jeunes médecins, espérant ainsi ne pas porter atteinte à la confiance de leurs patients. Illusion, bien entendu. Toute tromperie devient un…

Plus que l’ombre d’un doute (Exmed)

Plus que l’ombre d’un doute
 Notre camarade Descartes a bien tenté de nous faire rentrer dans la tête l'importance de la notion de doute dans le fonctionnement de notre pensée. Avec un succès, soyons optimistes, partiel. C'est le temps des certitudes qui est sur la sellette de la LEM 1068 : Cernons nos incertitudes. Bonne lecture, critique comme il se doit.

François-Marie Michaut,

CO d’Exmed 22-23 mai  2018

De la justice dans l'air (Exmed)

De la justice dans l’air

C’est devant la Cour de justice de l’Union européenne que doit comparaitre la France pour ne pas avoir respecté les normes de 2008 sur la qualité de l’air ( source : LE MONDE du 17 mai 2018). Les commentateurs adorent qualifier le moindre bobo de «problème de santé publique». Là il s’agirait de la mort de 500 000 personnes en Europe, dont 48 000 pour la France. Pour mémoire, les accidents de la route ont couté la vie en 2017 dans notre pays à 3 693 personnes ( Observatoire interministériel de la sécurité routière ).


   Autant qu’on sache ce qui pourra bien se révéler dans quelques années, notamment avec les effets chroniques des nanoparticules inhalées dont on ignore presque tout.


  «Ah laissez-moi respirer...» chantait la Castafiora des albums de Tintin. Si pouvoir public veut encore dire quelque chose, il est urgent de le prouver avant que nous soyons tous asphyxiés.

François-Marie Michaut,
CO d’Exmed 18-20 mai  2018

Former à l’émotion (Exmed)

 Former à l’émotion

   Réponse pavlovienne du ministère à une lamentable affaire de  refus de prendre en compte une demande vitale d’assistance médicale : il faut mieux former les agents hospitaliers chargés de recevoir les appels téléphoniques d’urgence. Mettre en place des techniques plus fines d’analyse et des contrôles plus pertinents, personne ne peut s’y opposer. Seul hic, c’est insuffisant.

   La dimension émotionnelle de toute relation humaine est un élément majeur. Elle est intraduisible en chiffres, en courbes ou en règles de conduite à tenir. Elle n’est mesurable par aucun appareil, et ,faute d’algorithme possible, elle ne peut être produite par aucune machine. Elle n’a rien à voir avec la seule logique. Sans émotion, a-t-on le droit de parler d’intelligence ? Peut-on même évoquer la conscience ou la compétence ? Quelle boite de Pandore avons-nous ouvert en enlevant aux médecins généralistes la responsabilité de gérer les urgences de leurs patients dans leur secteur géograp…

Autotoxicité, dessin (LEM 1067)

Image
Autotoxicité
                                                                              Cécile Bour




Os Court
:
  «   Les remèdes sont eux-mêmes de véritables maux qui usent la nature, et dont il ne faut se servir que dans les pressants besoins.»
 Fénelon (1651-1715)
Lettre d'Expression médicale
LEM n° 1067 sur Exmed
  http://www.exmed.org/archives18/circu1067.html
   14 mai 2018

Savoir ne pas savoir (Exmed)

Savoir ne pas savoir

   Les messages publicitaires télévisés à flux continu pour nous inciter à consommer de multiples médicaments n’y sont certainement pas pour rien. Un simple médicament contre la douleur ou la fièvre n’est jamais anodin pour tout le monde. Les professionnels le savent. Le grand public peu fort bien ne pas le savoir ni même en soupçonner le risque.
Illustration en image, et avec le secours de Fénelon, avec la LEM 1067 de Cécile BourAutotoxicité. Bonne lecture à chacun.


 François-Marie Michaut, CO d’Exmed 14-15 mai  2018